Pour une démocratie participative et écologique au Palais sur Vienne : le-palais-autrement.info

Notre action dans les commissions

Cuisine centrale: enfin une visite sur place !

Depuis plus d'une année, Mme le maire le redit régulièrement, il faut construire une nouvelle cuisine centrale. En Avril 2014, un cabinet d'expert a été nommé et en septembre, une synthèse du rapport d'expertise nous a été présenté en moins en 10 diapos - composées pour l'essentiel d'une succession de tableaux de chiffres. Mais enfin, le 3 novembre, Mme le maire a accepté que la commission des travaux visite l'actuelle cuisine centrale.

Bien sûr, il aurait fallu commencer par cela, car incontestablement il y a de vrais problèmes

, notamment concernant les conditions de travail du personnel, (système de chauffage en panne; un seul vestiaire personnel mixte nettement trop petit; des questions d'hygiène difficiles à gérer rendant impossible la séparation des produis non préparés et le circuit des déchets, des lieux de cuisson ; la tranchée des canalisations à travers le réfectoire a été mal traitée, laissant remonter l'humidité du sol...) mais cela doit-il aboutir à la construction d'une nouvelle cuisine centrale pour un coût estimé au minimum à 2 millions d'€ obligeant à endetter la commune pour les 30 ans à venir ou à l'adaptation de celle existante? Toute la question est là.

Aussi, comment expliquer dans ces conditions que la municipalité ait accepté de servir en plus des 400 scolaires environ mangeant le midi, plus de 100 repas … à savoir : les repas pour la crèche (dont la gestion par délégation de service public a été confiée à un organisme privé qui refacture à un tarif ''normal'' aux parents des repas achetés très bon marché à la commune) les repas portés à domicile (confectionnés avant par la maison de retraite), ces repas adaptés obligeant le personnel de la cuisine centrale à des prouesses permanentes sans qu'il en coûte moins pour les personnes bénéficiaires du portage ; de plus, la cuisine centrale livre depuis peu une trentaine de repas, à deux centres de formation l'un à Ventenat, l'autre en face de RVI.

Pourquoi avoir agrandi les services avant d'avoir résolu les problèmes techniques qui existaient depuis plusieurs années... ?

 

Voilà la situation créée, dont la municipalité ne voulait pas qu'on débatte.

 

A cela s’ajoute que l'on a du mal à s'expliquer, si ce n'est par une volonté de vouloir à n'importe quel prix construire une nouvelle cuisine centrale, que depuis plusieurs années le simple chauffage de la cuisine soit toujours en panne obligeant les salariés à travailler en hiver dans des conditions peu enviables, que la surveillance automatique des températures de cuisson au cœur des aliments soit également en panne ou qu'il n'y ait qu'un seul système de mise en refroidissement de la chaîne froide, la où deux seraient nécessaires !

 

Alors comment sortir de cette situation ?

  • 1) Sans attendre, le matériel en panne doit être réparé

  • 2) Il faut un vrai débat : quelle cuisine, et pour quels besoins ?

Un débat à partir bien sûr de l'expertise qui doit être élargie à l'adaptation et l'agrandissement de la cuisine sur place à l'intérieur des locaux existants, locaux qui ont été qualifiés comme sains et sans murs porteurs par les experts, permettant facilement un agrandissement.

Ce débat doit concerner tous les élus, le personnel, les parents d'élèves, les enseignants.et  concerne plusieurs sujets, par exemple: le bien être des élèves et des personnels, la santé des élèves et des personnels, le rôle éducatif de la restauration scolaire, le respect environnemental et urbanistique...C'est à la fin de ce débat et seulement à ce moment là que les décisions devraient être prises.

Aujourd'hui, nous vivons dans la précipitation là où il faudrait de la réflexion, car engager 2 millions d'€ avec un emprunt pour la commune de 30 ans impose que nous n'avons pas le droit de nous tromper sur l'investissement à réaliser.

Pour l'instant nous semblons ne pas être entendus et le projet avance sans que la réflexion ne dépasse le simple débat entre services techniques, responsable de la cuisine centrale actuelle et quelques membres du bureau municipal. Comme sur d'autres projets anciens ou en cours, à force de parler et de décider à la place des Palaisiens, on risque de passer une nouvelle fois à côté de l'essentiel tout en présentant une lourde facture qui se retrouvera sur les impôts de chacun.