Pour une démocratie participative et écologique au Palais sur Vienne : le-palais-autrement.info

Environnement

Le bio en cantine scolaire

La loi pour le bio dans les cantines adoptée à l’unanimité

Proposer 20% d'aliments bio et locaux en 2020 en restauration publique sur un total de 40% d'aliments durables et de proximité : c'est l'obligation fixée par la loi.

Portée par la députée de Dordogne, Brigitte ALLAIN, la loi relative à l’ancrage territorial de l’alimentation a été adoptée à l’unanimité le 14 janvier 2016, à l’Assemblée Nationale.

Cette loi qui vise à "favoriser l'ancrage territorial de l'alimentation " veut amener la restauration collective publique (cantines scolaires, hôpitaux, maisons de retraite…) à proposer 40% de produits alimentaires issus d'une production durable et de proximité à ses consommateurs, dont 20% de produits bio et locaux. Ce sont les objectifs du Grenelle de l'environnement qui prévoyait 20% de produits bio en 2012 dans les cantines. Cliquer sur le lien ci-dessous pour accéder à la circulaire :

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000018806803

"Nous en sommes loin", explique Brigitte Allain, députée écologiste de Dordogne. "Les objectifs du Grenelle n'ont pas été tenus. Les achats bios ne représentent que 2,7% du total. "Pourtant, cela ne coûte pas plus cher, comme le montre l'expérience de la commune de MOUANS-SARTOUX qui a fait baisser son coût matière de 2,02 € par repas en 2012 à 1,86 € en 2013 en se fournissant en produits bio locaux et en faisant la chasse au gaspillage", poursuit la députée, auteur d’un rapport publié en juillet dernier, intitulé "Et si on mangeait local".

La proposition de loi n'oublie pas les régions, en charge des orientations agricoles. Elles seront tenues de bâtir des plans régionaux de l'agriculture et de l'alimentation "durables", à décliner dans les collectivités locales. Elles devront créer des plateformes de regroupement local de l'offre alimentaire. Dans leurs cahiers des charges, les collectivités prendront en compte les critères de durabilité définis par la FAO. L'Observatoire de l'Alimentation devra suivre le développement des circuits courts et de proximité, ainsi que l'application de la loi, car "les décrets d'application sont toujours en attente", précise Brigitte Allain.

Qu'en est-il au Palais sur Vienne ?...

Un appel d’offres pour produits bios en restauration scolaire a été lancé par la municipalité mais les repas bio ne seront servis qu’épisodiquement (2 à 3 fois/mois). Nous sommes très loin des 20% prescrits pour 2012. Pourquoi notre commune n'a t-elle pas pris l'initiative d'appliquer le Grenelle de l'Environnement sans attendre cette loi qui contraint désormais à ces 20% ? Pourquoi puisqu'il fallait y venir de toute façon ? Le temps gagné à éluder le problème compense-t-il le temps nécessaire pour rattraper le retard et organiser sa mise en oeuvre ? Assurément non !!

L’Observatoire de l’Alimentation est chargé de mettre en place le système de contrôles de conformité à la réglementation prévus par la loi, reste à espérer que son action soit rapide, large et efficiente … dès la sortie des décrets d'application, évidemment !

-------------------------------------------------------------------------