Editos

Urgence POLT : Limoges à 2h30 de Paris, c'est possible

Limoges à 2h30 de Paris, c'est possible

 du 26 mars2018

Répondre aux attentes de la future loi d'orientation des mobilités en mettant Limoges à 2h30 de Paris, c'est possible avec la ligne POLT. C'est ce que démontre l'étude commandée par l'association Urgence POLT et accessible dès aujourd'hui sur le site de l'association : www. urgencelignepolt.fr.

Samedi matin le maire de Limoges recevait, salle du conseil municipal, l'assciation Urgence Polt. Une première pour la Ville qui a adhéré à l'association en janvier dernier. Une adhésion très appréciée par l'association, car elle renforce encore ses prises de position. Pour Emile Roger Lombertie l'adhésion à cette association relève d'un engagement vis-à-vis du territoire, dépassant les clivages politiques, «l'association compte des élus allant du PCF aux Républicains», souligne-t-il avant d'ajouter : «Notre volonté est de défendre notre territoire coincé entre les deux pôles attractifs que sont l'Atlantique et l'Est de la France. Nous sommes au milieu d'une zone oubliée des transports aériens et ferroviaires. Développer le POLT est aussi important pour la métropole de Toulouse que pour le Lot, la Dordogne, l'Indre, le Limousin etc., c'est important pour l'ensemble des territoires traversés par cette voie. Il faut, et le plus tôt possible, du matériel neuf sur cette ligne, les habitants de ces territoires ont droit eux aussi au respect de l'Etat, les entreprises ont aussi cette attente», indique Emile Roger Lombertie.

Le président de l'association, l'ancien député du Cher Jean-Claude Sandrier a donc rappelé, au cours de cette réunion, que son association avait commandé une étude afin d'examiner toutes les pistes permettant un trajet Limoges-Paris en 2h30mn. Il a souligné, «le cabinet Arcadis, qui a effectué cette étude, est l'un des plus compétents en France dans ce domaine. Il a réalisé plusieurs études pour SNCF-Réseau, notamment sur les nœuds ferroviaires de très grandes villes et sur les schémas de secteurs de lignes transiliens avec des issues positives aux problèmes posés». Une précision qui devrait éviter toute velléité de contestations. Cette étude a pu être finan-cée grâce au soutien de 25 collectivités,

 

et ce malgré leurs difficultés financières. Jean-Claude Sandrier annonce que l'étude fait clairement ressortir la possibilité de mettre Limoges à 2h30 de Paris et ce à un coût extrêmement modéré. «Elle apporte la preuve que Limoges-Paris en 2h30 n'est pas une hypothèse pour demain mais un objectif à poursuivre maintenant et donc à inscrire dans le schéma directeur de la ligne POLT en cours d'élaboration». Il précise que l'étude part de l'hypothèse, inscrite dans le dernier document officiel transmis au comité de concertation du schéma directeur de POLT, d'un gain de temps de 16mn sur un trajet de 3h02. «Il conviendrait donc de gagner environ 16mn pour arriver au total des 32mn nécessaires à l'obtention des 2h30. Le cabinet d'étude propose quatre avancées supplémentaires pour atteindre cet objectif : la mise en place de trains sans arrêt, évidemment pas pour tous les trains car il s'agit de préserver une desserte fine de nos territoires ; des élévations de vitesse limitée à 200 km/h ; une nouvelle diminution des marges de régularités et le passage à 220 km/h dans 4 à 5 sections du parcours, ce qui suppose un matériel adaptable à cette vitesse». Il précise que le coût des investissements nécessaires sur les infrastructures lié au relèvement de vitesse est de l'ordre de 300 millions d'euros maximum. «Nous souhaitons que tous les usagers, les collectivités, leurs élus, les forces économiques et sociales de nos départements, s'emparent de cette étude et se mobilisent autour d'un défi à la hauteur de l'attente de nos territoires et des usagers.» Le président ajoute qu'aujourd'hui le consensus politique a été retrouvé : «Consensus qui s'est illustré l'automne dernier par la déclaration commune signée par 26 parlementaires, 10 présidents de conseils départementaux, 23 maires dont ceux de Paris et de Toulouse»